Clicky

Verizon, acteur de poids du web après le rachat de Yahoo

Yahoo va bientôt appartenir à l'opérateur américain Verizon :va-t-on vers une tendance à l'intégration entre les médias et les opérateurs pour un modèle glissant vers celui du Minitel?

yahoo fondateurs

En France des opérateurs ou des dirigeants ont racheté de nombreuses entreprises de médias ces derniers mois (filiale SFR Médias avec BFM, Libé, l'Express, l'Expansion, RMC, Le Monde par Free…): Altice maison mère de SFR  vient même de nommer Alain Weill, CEO de son activité internationale contenus et média afin de la développer dans le monde. 

Le rachat de Yahoo par Verizon montre que cette tendance semble porteuse y compris aux Etats-Unis.

En s'offrant Yahoo, Verizon cherche sans doute à trouver un moyen d'augmenter sa rentabilité pour devenir un acteur de poids sur le marché du web : comme SFR et ALtice, Verizon cherche peut-être à terme à cobnstruire une offre de bout en bout intégrant services réseaux et contenus pour ses clients.

Le rachat de Yahoo se justifie également pour devenir un acteur majeur sur le marché publicitaire US et mondial ainsi que dans le domaine du web mobile.

L'ancienne Starp-up de Strandford fondée par Jerry Yang et David Filo en 1995 est rachetée pour une somme d'environ 4,83 milliards de dollars par Verizon, hormis certains droits de propriété intellectuels qui seront vendus à part. En s'emparant de Yahoo, Verizon va profiter d'une base utilisateur de plus d'un milliard de personnes et de 600 millions sur le web mobile. Un rachat qui va permettre à Verizon d'accélérer son objectif de totaliser 2 milliards d'utilisateurs pour son activité média et 20 milliards de revenus d'ici 2020.

Le rachat de Yahoo va également permettre à Verizon de renforcer son poids dans le domaine de la messagerie avec Yahoo Mail et Messenger, d'augmenter son offre de contenus au niveau de l'actualité des sports et de la finance et de renforcer son offre cloud: l'offre Mavens de Yahoo lancée en 2011 a totalisé 1,6 milliard de dollars de revenus en 2015.

«En combinant Verizon, AOL et Yahoo nous allons créer un nouveau concurrent très puissant dans les marchés des médias mobiles, et une alternative ouverte pour les annonceurs et les éditeurs» a déclaré Tim Amstrong, CEO d'AOL Inc.

Alors que de nombreuses questions se posent sur la rentabilité de l'investissement, on oublie que le modèle gratuit du web conduit à une baisse des revenus et des moyens pour la presse avec pour corollaire une montée de la désinformation et du populisme.

Alors que la presse a connait des années noires depuis une vingtaine d'années, uen intégration réseaux/contenus comme à l'pioque du Minitel pourrait peut-être améliorer la situation pour la presse mais aussi les opérateurs.

L'IDATE a récemment déclaré que le modèle tout intégré pourrait être une solution plus rentable pour les opérateurs. L'accès à des journaux appartenant à des opérateurs pourrait par exemple devenir gratuit pour les clients de l'opérateur et payant pour les autres (ou pour une partie premium des contenus). Dans ce modèle l'opérateur ayant le plus de médias serait le plus attirant: cela permettrait de revaloriser les groupes de presse ou d'autres secteurs comme la musique en ligne ou le cinéma, à l'image des bouquets TV proposés par les chaines de télévision.

Dans le passé, plusieurs sociétés avaient tenté de racheter Yahoo comme Microsoft en 2008 qui avait proposé la somme de 45 milliards de dollars. Plus récemment, AT&T s'est intéressé à Yahoo, ainsi que plusieurs sociétés d'investissements (TPG et Advent international, Sycamore et Vector Capital).

Désormais Verizon doit prouver au marché que ses acquisitions dans les contenus dont AOL et Yahoo peuvent être rentables:combiner réseaux et médias pourrait être l'une solution à l'image d'AOL à une époque tout en gardant certains contenus gratuis pour la promotion et la diffusion de masse. A court-terme, Verizon pourrait chercher à renforcer l'offre de Yahoo : en s'associant à la NFL et au NBA pour le sport ou en ajoutant ses marques comme Huffington Post, Engadget et TechCrunch aux offre médias de Yahoo.

Il reste qu'en combinant Yahoo et AOL, Verizon va devenir la 3ème marque du web avec Google et Facebook: des sociétés parmi les plus rentables au monde au contraire des opérateurs télécom dont la rentabilité a baissé ces dernières années...