Clicky

Bouygues Telecom restera indépendant

 bouygues 4G 2

La filiale de téléphonie mobile du groupe Bouygues ne fusionnera pas finalement avec Orange…et c'est peut-être une bonne nouvelle.

Après le refus de la proposition d'Altice, le groupe Bouygues n'a pas réussi à sceller un accord pour fusionner sa filiale de téléphonie avec Orange.

Si elle avait eu lieu cette fusion aurait été compliquée à mener car elle aurait nécessité l'aval des autorités de la concurrence et une vente d'une partie du réseau à d'autres opérateurs dont Free. Bouygues et Orange auraient détenu ensemble bien plus de 50% de part de marché et cela aurait conduit à un certain démantèlement de Bouygues Telecom, avec les risques sociaux associés.

Selon Martin Bouygues qui s'est exprimé dans le Figaro ce lundi 4 avril, les négociations avec Free Mobile auraient été particulièrement difficiles: «si nous étions quatre à la table des négociations, nous n'étions que 3 à vouloir aboutir. Manifestement l'un des protagonistes nourrissait l'ambition d'avoir le maximum en payant le minimum, tout en gardant la possibilité de se retirer» a-t-il déclaré.

Il est vrai que Xavier Niel est réputé pour sa gestion très pointilleuse comme on le voit avec les coûts très serrés de Free Mobile. Xavier Niel aurait de plus souhaité utiliser les emplacements radio mais aurait voulu remplacer les stations de base/antennes radio par ses propres équipements.

Les négociations avec l'Etat auraient été également tendues alors qu'il voulait bloquer la part de Bouygues au capital d'Orange pendant 7 ans...et ses droits de vote pendant 10 ans. Bouygues n'aurait pu détenir que 12% du capital d'Orange pendant ces années.

Au final, l'échec de cette vente pourrait bien être positive pour Bouygues Telecom. 

Aucun acteur n'a aujourd'hui intérêt à mener une guerre des prix alors qu'il vont devoir faire face à de nombreux investissements dans les prochains mois: SFR-Numericable doit rembourser l'immense dette d'Altice et investir dans son réseau 4G comme Free Mobile qui ne récupérant pas le réseau de Bouygues devra déployer des antennes 4G sur tout le territoire. Car le contrat d'itinérance de Free avec Orange doit prendre fin comem l'a exigé l'ARCEP.

L'échec de la vente n'est peut-être pasune si mauvaise affaire pour Bouygues alors que sa filiale pourrait redevenir une vache lait du fait de l'arrêt de la baisse des prix contre productive pour tous les acteurs désormais.

En attendant la stabilisation des prix et la hausse probable des profits, Bouygues Telecom va devoir faire face à court terme à des attaques spéculatives.

Certains voulant essayer de faire tomber la valorisation du groupe pour le racheter bon prix.  «Bouygues doit s'attendre à un retour d'Altice avec une seconde offre alors que l'action de Bouygues a chuté de 15%» a déclaré John Colley professeur à la Warwick Business School.

Il reste à Bouygues Telecom à plier l'échine face à ces agitations spéculatives en attendant la remontée des tarifs d'ici quelques mois ou à se laisser tenter par Altice. Seul Martin Bouygues sait quelle décision il a déjà prise...